Jasmine Arabia Officiel

Jasmine  Arabia  Officiel




Commentaires

  • tu es encore plus belle dans tes pensées on t'aime Jasmine bisous

    • Coluchot
      Coluchot · 2 mars 2012

      La terre et la mère nourricières de nos enfants

      L'attachement aux valeurs transmises par nos ainés convie Jasmine à la survie
      Sa beauté esthétique symbolise à la fois le romantisme et la nostalgie
      La douceur de ce visage est la métaphore de la tempérance
      La belle veuve exprime les diverses cultures et la tolérance.
      En effet, chaque jour, il nous faut franchir des montagnes
      Souvent, le chemin de notre existence est sinueux dans la campagne.
      Mais, pour réussir, nous ne partons pas sans rien ; nous héritons de gènes
      Et d’une culture, nous n'arrivons pas sans effort, ni sans gène.
      Dans la vie, on évite souvent les écueils et les pierres qui chutent
      Ou les collines du succès ont quelquefois une pente abrupte.
      Le pardon d’amour nous réconforte de toutes les erreurs du passé.
      La séparation n'apparaît pas comme définitive tant que demeurent les jolies pensées.
      La beauté de cette femme habillée des vêtements du deuil n'est pas ma tristesse.
      Elle ouvre mes yeux sur l'immensité d’une mer ou d’un océan de liesse.
      Les larmes de joie finiront par s'écouler dans cette anse.
      Elles vont bientôt abreuver les terres nourricières de l’enfance
      Qui alimenteront les nombreux et beaux bébés
      Que cette jolie femme nous donne envie de procréer.

      • Coluchot
        Coluchot · 19 février 2012

        A quoi songeaient les deux cavaliers ...

        La nuit était fort noire et la forêt très-sombre.
        Hermann à mes côtés me paraissait une ombre.
        Nos chevaux galopaient. A la garde de Dieu !
        Les nuages du ciel ressemblaient à des marbres.
        Les étoiles volaient dans les branches des arbres
        Comme un essaim d'oiseaux de feu.

        Je suis plein de regrets. Brisé par la souffrance,
        L'esprit profond d'Hermann est vide d'espérance.
        Je suis plein de regrets. O mes amours, dormez !
        Or, tout en traversant ces solitudes vertes,
        Hermann me dit : «Je songe aux tombes entr'ouvertes ;»
        Et je lui dis : «Je pense aux tombeaux refermés.»

        Lui regarde en avant : je regarde en arrière,
        Nos chevaux galopaient à travers la clairière ;
        Le vent nous apportait de lointains angelus; dit :
        «Je songe à ceux que l'existence afflige,
        A ceux qui sont, à ceux qui vivent. -- Moi, lui dis-je,
        Je pense à ceux qui ne sont plus !»

        Les fontaines chantaient. Que disaient les fontaines ?
        Les chênes murmuraient. Que murmuraient les chênes ?
        Les buissons chuchotaient comme d'anciens amis.
        Hermann me dit : «Jamais les vivants ne sommeillent.
        En ce moment, des yeux pleurent, d'autres yeux veillent.»
        Et je lui dis : «Hélas! d'autres sont endormis !»

        Hermann reprit alors : «Le malheur, c'est la vie.
        Les morts ne souffrent plus. Ils sont heureux ! j'envie
        Leur fosse où l'herbe pousse, où s'effeuillent les bois.
        Car la nuit les caresse avec ses douces flammes ;
        Car le ciel rayonnant calme toutes les âmes
        Dans tous les tombeaux à la fois !»

        Et je lui dis : «Tais-toi ! respect au noir mystère !
        Les morts gisent couchés sous nos pieds dans la terre.
        Les morts, ce sont les coeurs qui t'aimaient autrefois
        C'est ton ange expiré ! c'est ton père et ta mère !
        Ne les attristons point par l'ironie amère.
        Comme à travers un rêve ils entendent nos voix.»

        Victor Hugo

        A quoi songe Jasmine. La nuit n'est pas encore tombée et pourtant ses habits sont déjà sombres. Elle porte le deuil d'un être aimé. Une ombre ou une âme sont à ses côtés. Jasmine rêve en noir et blanc. Son bras est collé contre le marbre. elle n'arrive pas à s'en détacher. Une colombe est venue se poser sur le jolie veuve, puis elle est repartie très haut au-dessus des nuages sombres. Jasmine est déshéritée d'amour à l'heure de l'angelus. Les riches sont désormais devenus pauvres quoiqu'ils eussent. Jasmine est en vie, héritant d'un riche avenir. Elle écoute le murmure des tombeaux qui ont tant à lui dire, réceptacles de coeurs brisés qui n'ont pas su, en leur temps, conjuguer le verbe aimer. Mais, il est temps pour elle de regagner la compagnie des vivants, de rire et de s'épanouir avec ceux qui l'aiment tant.